cafe literario


CAFE LITERARIO

Nous en rappelons le principe. Il s’adresse à tous les amoureux de la lecture et en particulier à tous les amoureux de l’Amérique Latine et de la péninsule ibérique.



Les Amis se retrouvent régulièrement pour leur « Café Literario », bien sûr autour d'un café mais de bien d'autres bonnes choses encore depuis 2014 à La Passerelle. Ouvert à tous ceux qui ont aimé un roman ou tout autre ouvrage d’un auteur espagnol ou latino, ou qui traite d’un sujet lié aux pays de langue espagnole, la rencontre permet à tout un chacun de venir faire part de leur intérêt. Mais c’est aussi la possibilité de découvrir un ouvrage ou un auteur que l’on ne connaît pas.






Serge Mestre 
   

 VENDREDI 3 AVRIL 2015 à 20h à la Librairie Passerelle

Quand la guerre civile s’achève sur la victoire des franquistes, beaucoup de ceux qui avaient défendu la république espagnole s’enfuient vers la France : c’est la Retirada. Ils vont être arrêtés, et enfermés dans des camps à la sinistre mémoire comme celui d’Argeles. Parqués sur la plage, sans aucun abris, pas de sanitaires, presque pas de nourriture. Beaucoup n’en sortiront pas vivants.

Le père de Serge mestre, combattant républicain, blessé pendant la guerre fait partie de ceux qui se sont réfugié en France.

Son fils, va écrire ce livre « La lumière et l’oubli » pour évoquer le sort réservé aux vaincus dans l’après-guerre. La complexe situation espagnole de 1936 à 1995 est ici relue à travers des destins féminins.



1953, quelque part en Catalogne, deux adolescentes trompent la vigilance des gardes civils, sautent du train et s'enfuient à travers la campagne. Filles de Républicains espagnols, Esther et Julia échappent ainsi à leur sort dans une Espagne soumise au joug franquiste.
Mais c'est trente-cinq ans plus tard, en France, qu'elles retrouvent la pleine mémoire de leur aventure. Par vagues successives, le souvenir brûlant les submerge et l'Espagne qu'elles ont fuie ressuscite en une fresque irréelle et terrible où se croisent de multiples destins : enfants martyrisés dans les couvents, lourds secrets des familles adoptives, médecins convaincus de pouvoir extirper «le gène du marxisme», résistants passeurs qui risquent leur vie à la frontière…
Bien au-delà d'un classique roman historique, La Lumière et l'Oubli est une épopée du souvenir.

«Les plages du silence» sont celles du littoral méditerranéen, c’est Argelès qui fut dans le terrible hiver 1939 le lieu d’accueil inhospitalier, clôturé de fils barbelés, des républicains espagnols vaincus. Manu fut un des 90 000 réfugiés parqués à même le sable, et son fils aujourd’hui orphelin revient sur les lieux de cet emprisonnement pour interpréter, comprendre, réhabiliter l’image paternelle. Serge Mestre raconte sa propre histoire, celle de son père qui a fini le cours de sa vie à Castres, où lui-même est né et a grandi.

 Le récit, articulé autour de quatre lieux essentiels – Argelès-sur-Mer, Paris, Barcelone, Porto Christo –, est centré sur le personnage de Manu, militant trotskyste du POUM (1), réfugié, comme beaucoup de ses camarades de combat, en France en 1939. Son fils, qui porte le même prénom, part à la recherche du passé de son père, il creuse dans le sable, par exemple celui de la plage d’Argelès. On apprend, ou on nous rappelle – c’est selon – que ce lieu de villégiature a servi de camp d’internement pour les réfugiés : « On devait affronter les baraques insalubres, l’allée principale du camp. La rigueur de février gerçait la peau, crevassait la poitrine, creusait la terre. On avait profondément froid au cœur. On savait qu’on ne retournerait jamais en Espagne ».

L’auteur montre, tout au long du récit, comment ces événements ont forgé les consciences des combattants .L’un des mérites de Serge Mestre est de décomposer avec précision les mécanismes de la mémoire. C’est aussi évoquer les sujets qui fâchent à propos de ce conflit, les dissensions et affrontements entre anarchistes, trotskystes, communistes.

Biographie :
Conseiller pédagogique et responsable à l’Éducation nationale des relations internationales à l’Institut de formation des maîtres, il se met à l’écriture en 1991.Serge Mestre est par ailleurs le traducteur de quelques grands écrivains de ce temps : le Castillan Jorge Semprun, le Cubain Alejo Carpentier, le Galicien Manuel Rivas l’Argentin Alan Pauls et l’espagnole Almudena Grandes.


18 Mars 2015 
Très belle soirée où nous avons partagé l'enthousiasme de Michèle pour Gavo (sic) et son roman Chronique d'une mort annoncée à La Passerelle, notre bien-aimée librairie, foisonnante et pleine de belles surprises.
Merci Philippe pour ton accueil chaleureux et patient, car si nous partageons l'amour des livres et de l'Amérique latine, nous partageons aussi  les nourritures terrestres lors de ces soirées. Et ça fait un sacré bazar!


 Merci à tous les participants et à très bientôt pour le prochain café, le Vendredi 3 Avril à 20h. 
Nous recevrons Serge Mestre pour son roman "La lumière et l'oubli", disponible (aussi en poche) à la librairie La Passerelle








Le prochain Cafe literario aura lieu le mercredi 18 mars à 19h  Librairie La Passerelle.
 Discussion autour du roman du grand écrivain colombien, prix Nobel de littérature Gabriel Garcia Marquez, prix Nobel de littérature, décédé en 2014:





Chronique d’une mort annoncée 
. 
Animé par 
Michèle Carbonneaux.



et le suivant: SERGE MESTRE  le 3 AVRIL (info à suivre) 












26 MARS 2013









6 JUIN 2013






10 OCTOBRE 2013




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire